11/03/2021

Passer de trois à deux équipes avec le CoBo-Stack

 
 
 
Hannes Sandler, directeur général de la société Johann Sandler GesmbH & Co KG.
 
Le robot collaboratif CoBo-Stack de MBO a rendu le processus de pliage chez Sandler beaucoup plus efficace.
 
90 pour cent des signatures sont pliées sur les machines K8RS de MBO.

Hannes Sandler est réaliste. La crise provoquée par le Corona nous occupera encore un bon moment, telle est la conviction du directeur général de l’imprimerie autrichienne Johann Sandler GesmbH & Co KG sise à Marbach an der Donau. Au moins encore un an, pense-t-il. Puis ... oui, alors, ce sera la relance. 

Et jusque là ? D’ici là, nous continuons sur notre lancée. S'enfouir la tête dans le sable n'est certainement pas le style de Sandler. L'imprimerie, occupant 70 employés permanents, a mis en place un programme d'investissement de plus de treize millions d'euros au cours des derniers mois. Des investissements ont été réalisés notamment dans le domaine de la durabilité : Le parc de véhicules a été partiellement remplacé par neuf véhicules électriques, et les bornes de recharge rapide nécessaires (jusqu'à 150 kW) seront à l'avenir alimentées en électricité produite par l’installation photovoltaïque de l'entreprise. Mais aussi dans la technique de production, à savoir dans deux nouvelles presses d’imprimerie. Et le plus important : Des investissements massifs ont été réalisés dans la reliure et le façonnage.

Investissements malgré Corona
Corona et les mesures qui y sont associées ont eu un impact négatif sur l'imprimerie. « Nous sommes très présents dans l'industrie du tourisme, nous imprimons beaucoup pour le commerce de détail non alimentaire, pour l'industrie du meuble et de l'automobile », explique Hannes Sandler. « Presque tout a été annulé du jour au lendemain ». Mars 2020 a été un mois record, puis avril, le pire mois de ces 20 dernières années. Entre avril et juin, l’entreprise a enregistré une perte de chiffre d’affaires de 60 pour cent.

Et pourtant, Sandler s’en est tenu à son projet d’investissement. « Notre base financière est très solide » déclare Sandler expliquant ainsi la décision. « Au cours du dernier exercice, nous avions un taux de capitaux propres de plus de 65 pour cent. Et comme nous l’avons déjà dit : Nous faisons confiance au secteur. Nous croyons en sa continuité et nous investirons. »

En ce qui concerne les investissements, il était essentiel de s'y tenir et de ne pas faire soudainement face à un retard d'investissement, car le rendement de l'imprimerie repose notamment sur le fait que tous les processus sont interconnectés sans heurt et sans perte de fluidité Le rendement repose sur l'efficacité ou, pour le dire simplement, sur le fait de ne pas perdre de temps nulle part et que le personnel soit déployé à bon escient.

Selon ses propres dires, Sandler elle est l'une des cinq plus grandes imprimeries offset à feuilles d'Autriche et est spécialisée dans les grands tirages. Trois longues presses recto-verso de Heidelberg impriment à Marbach, et elles sont toutes équipées de dérouleurs-découpeurs CutStar et de la logistique correspondante. La sortie de ces machines est pliée en signatures et traitées en brochures, magazines et catalogues à hauts tirages sur deux grandes encarteuses-piqueuses et une relieuse par collage de haute performance de Muller Martini.

« Nous avons comparé les deux variantes », explique Sandler. « Que nous coûte une machine plus lente, avec plus de main-d'œuvre et plus d'heures supplémentaires par rapport à une machine plus productive et un processus de production plus stable ». Le calcul fut évident.

Le chef de l'entreprise estimait qu'il fallait investir avant tout dans le domaine du pliage. Lorsque les encarteuses-piqueuses et les relieuses par collage doivent être utilisés de manière rationnelle, le pliage ne peut pas devenir un goulot d'étranglement. À cela s'ajoute le problème bien connu de la pénurie de personnel qualifié, auquel Sandler aussi doit faire face.

Jusqu’ici, le pliage était effectué en trois équipes avec respectivement deux employés par équipe. « Mais si vous travaillez en trois équipes, il arrive que, par manque de personnel formé, seuls des assistants se tiennent au côté de la machine », explique Hannes Sandler. J’engagerais immédiatement plusieurs relieurs, mais ceux-ci sont se font rares. « Sandler voit la solution dans l’automatisation : « Nous nous sommes demandés : Que pouvons-nous faire pour rendre la profession de relieur plus attrayante ? Passer huit heures à déplacer des paquets entre la sortie et la palette n'est pas un travail de relieur ». Néanmoins, vous avez besoin de quelqu'un qui puisse exploiter le potentiel de la machine et assurer la qualité. La seule possibilité, selon moi, est de délocaliser ces travaux lourds et monotones vers une machine ».

Passer de trois à deux équipes
A l'origine, la société avait prévu de se rendre au salon Drupa et d'y dresser la « liste des achats ». Mais fin février 2020 déjà, il était clair pour Sandler qu'un salon Drupa ne pourrait pas avoir lieu sous sa forme habituelle, c'est pourquoi le chef de la société a organisé son propre salon Drupa.

Au cours d’une tournée de 14 jours, l’entreprise s’est adressée à ses fournisseurs principaux. Au retour, la décision a été prise en faveur de deux plieuses mixtes K8RS de MBO comprenant des tapis en courbe et deux robots d'empilage CoBo-Stack, qui ont été installés à l'automne de l'année dernière. Conclusion en bref : Depuis, Sandler fait l’économie d’une équipe pour le pliage et n'a besoin que d'un seul employé pour les deux plieuses. Pourtant, elles ne tournent même pas encore à plein régime, explique Sandler. À vrai dire, les machines K8RS peuvent tourner à 275 m/min, ou autrement dit à 18.000 feuilles 16 pages A4 par heure. « Actuellement elles tournent de manière constante à plus de 10.000 feuilles/h », rapporte Sandler. Cela suffit amplement pour le moment et le processus est incroyablement stable.

90 % de ce qui est traité sur les encarteuses-piqueuses et les relieuses par collage provient depuis lors de machines MBO. « Nous avons le grand luxe de disposer d'un grand nombre de plieuses et pouvons ainsi aligner les machines en fonction du type de pli, un peu comme une imprimante en ligne », explique Sandler.

« Nous n'avons donc guère besoin d’effectuer un calage. Nous plions à 90 pour cent des 16 pages sur les deux MBO ». Les deux plieuses  identiques sont installées en miroir. À l’aide des tapis en courbe, les signatures pliées sont détournées de sorte que les deux sorties et les deux CoBo-Stacks sont proches les uns des autres. Grâce à cette réduction des trajets de déplacement, un employé peut désormais faire fonctionner les deux plieuses simultanément. Les deux cobots se chargent de l’empilage. Le relieur est responsable du fonctionnement de la machine, du contrôle de la qualité et de la logistique qui l’accompagne. C'est précisément cet aspect que Hannes Sandler souligne tout particulièrement : « Les relieurs prennent de nouveau plaisir au pliage », se réjouit-il. Auparavant, le pliage était une tâche plutôt ingrate, ce que le CoBo-Stack a radicalement changé. « À présent, les opérateurs veulent à nouveau travailler sur ces machines ».

Hannes Sandler est également très satisfait à d’autres égards : « L’avantage du CoBo-Stack est qu’il est incroyablement flexible. Il ne prend guère plus de place qu’il n’en faudrait pour un employé. Et comme il ne requiert pas de cage, il est possible d’intervenir rapidement à tout moment. Il fonctionne chaque jour pendant deux équipes complètes ».

Automatisation en tant que philosophie
Pour Sandler, les deux nouvelles plieuses ainsi que les deux CoBo-Stacks ont permis un accroissement énorme de productivité. En outre, ce qui importe pour le chef d’entreprise c’est d’assurer une haute qualité fiable et constante. Le travail sur les machines doit également être conçu de manière aussi ergonomique que possible pour ménager les employés. À cet égard, le thème de l'automatisation revêt une grande importance pour Sandler et représente plus qu'un pur modèle de calcul. Cela se rapproche plus d’une philosophie d'entreprise et se reflète également dans les autres équipements de l'imprimerie.

Dans l’atelier d’imprimerie, par exemple, une presse Heidelberg de dernière génération avec impression autonome est en production depuis novembre, et une deuxième machine de 14 unités sera installée d'ici l'été. En plus des nouvelles plieuses et des CoBo-Stacks , le dernier paquet d'investissement comprenait également un total de cinq sorties automatiques de la société Palamides, dont certaines sont utilisées sur les autres plieuses et sur les deux encarteuses-piqueuses.

Dans le domaine de la coupe, Sandler travaille depuis environ deux ans avec un total de deux systèmes Polar Pace avec alimentation par table arrière. Pour le domaine du perçage, une installation de perçage automatique provenant de la société Dürselen est maintenant ajoutée, qui est alimentée de manière entièrement automatique. Une unité automatique d'insertion, d'assemblage et d'emballage de Hugo Beck sera également installée, qui sera en mesure de traiter des films à base d'amidon et qui est équipée d'un système à jet d'encre LED.

Pour l’imprimerie, la mise en réseau constitue un sujet important. Mais jusqu’ici, selon Hannes Sandler, l’entreprise n’a pas encore trouvé de système capable de « couvrir tout ». Nous devrons probablement nous pencher sur cet aspect avec notre propre programmeur. Restons actifs, telle est la devise !

À propose de la société Johann Sandler GesmbH & Co KG
Johann Sandler est un imprimeur-relieur situé à Marbach an der Donau, en Autriche. L'entreprise familiale a été fondée en 1982 et est aujourd'hui dirigée par Hannes Sandler en deuxième génération. L'imprimerie emploie 70 employés permanents sur une surface de production d'environ 8 000 m², principalement dans le segment de gros volumes. Des millions de tirages font partie du quotidien, l'Allemagne étant un marché important pour Sandler. Outre les produits imprimés classiques tels que magazines, catalogues et brochures, l'entreprise propose la production d'emballages et d'envois postaux ainsi qu'une large gamme de services de finition d'impression. Dans l’atelier d’imprimerie, Sandler assure la production sur trois presses à imprimer avec un total de 32 unités d'impression et de vernissage, y compris dérouleur-découpeur et la logistique correspondante. Le département de finition se compose de onze plieuses, deux encarteuses-piqueuses, une relieuse à collage, trois lignes de coupe, deux encolleuses pour boîtes pliantes, cinq poinçonneuses, deux lignes pour envois postaux, deux lignes de mise sous pli ainsi que des plieuses spéciales avec 16 poches à pli. Parmi les nouveaux ajouts, citons notamment une ligne de perçage entièrement automatique et une ligne d'emballage qui traite les films à base d'amidon.

50.000 bras de robot
Les robots collaboratifs, tels que le Cobo-Stack, s’imposent de plus en plus dans l’industrie. L’entreprise danoise Universal Robots, qui fournit également la technologie pour le CoBo-Stack MBO, a livré fin de l’année dernière son 50.000ème bras de robot. Selon Universal Robots, la robotique collaborative dans l'automatisation industrielle est considérée comme l'un des segments connaissant la croissance la plus rapide, avec un taux de croissance annuel prévu de 30,37 % d’ici à 2025. Universal Robots compte parmi les leaders du marché dans ce domaine. Dès le début, l'objectif d'Universal Robots était d'aider les petites et moyennes entreprises à automatiser les tâches qu'elles jugeaient trop coûteuses ou trop complexes, explique Juergen von Hollen, président d'Universal Robots.

L'article original est paru dans Deutscher Drucker, 11.03.2021, numéro 3, aux pages 12-14.
 
Voir ici un entretien avec Hannes Sandler, qui a été réalisé en été 2020 :
 
 
Contact presse
Si vous avez besoin d'informations complémentaires ou de fichiers (par ex. logos, images à haute résolution, textes complémentaires) ou pour toute demande d'interview, veuillez-vous adresser à Katja Haug (Head of Marketing), au +49 (0) 719146-380 ou par email à katja.haug@mbo-pps.com.
 
Retour